Exprimez-vous

Laissez-nous votre message. Ce que vous voudriez nous partager, ce que vous avez sur le cœur.
Suite à la présence de très nombreux spams nous parvenant dans cette rubrique, nous avons été obligés d’en renforcer la protection. Merci de votre compréhension.

Votre témoignage

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Votre message ne sera visible qu'après que nous l'ayons examiné.
238 messages.
kloliz kloliz a écrit le 20 juillet 2015 à 22 h 29 min:
Courage les parents vos enfants sont heureux la hauts, ils vous entendent et vous voient votre souffrance, mais ils sont plus souvent que vous ne pensez à vos côtés. Ils vous font des signes, mais il faut savoir les reconnaître. Cela peut être un une ligne dans une page d'un livre ou une chanson qu'ils aiment qui passe quand vous pensez à eux ou un objet comme vous l'aviez mis exemple cadre de photo qui a bougé, plein de signaux, qu'on doit savoir observer.
Fabienne Fabienne a écrit le 2 juillet 2015 à 13 h 22 min:
Merci à tous et toutes. Je me suis rendue à cette réunion à Virton, pas cette année, mais les autres années. Impossible de me retrouver avec ces parents qui remercient dieu pour les épreuves endurées et envoyées. Je suis incapable de le faire. Mais respect à ceux qui trouvent du réconfort quelle que soit la manière et l'endroit. Ma fille part en pension pour l'année scolaire 2016. C'est son choix mais au fond de moi je sais que je ne peux supporter son départ.
Annie Annie a écrit le 19 juin 2015 à 20 h 23 min:
Cela fait 1 an que tu es décédé le 15 juin 2014 et le 20 juin "anniversaire" de tes obsèques. Je ressens le poids de ton absence et cette nouvelle année qui commence ne fera qu'accentuer cela. Amour de ma vie, Jérémy, dis-moi que tu es près de moi...
Malali Malali a écrit le 9 juin 2015 à 11 h 08 min:
Ce poème m'aide toujours beaucoup. Quelqu’un aurait-il la traduction en espagnol pour une amie. Merci Malali.
Ingrid Ingrid a écrit le 3 juin 2015 à 2 h 36 min:
Je vous comprends tellement pour le vivre, le 24 septembre 2013, tu es parti, tu venais de fêter ton anniversaire avec copains et copines. Etant handicapé imc, tu es la joie de vivre, et le drame quand le 24 sept on m'annonce à 7H que tu es décédé d'une fausse déglutition, suivie d'un arrêt cardiaque. Eté dans l'association des parents désenfantés pendant 4 mois, qui hélas ne m'ont pas aidé, donc décidé de vivre mon deuil seule. Déjà bientôt deux ans, plus de famille, reste mon mari malade qui m'aide. Je me mets une carapace quand je bosse, étant infirmière. Sinon, je vis très mal au quotidien, plus à certains moments, sentiment d'injustice, suis de tout cœur avec vous. Mon fils qui aurait eu 29 ans me manque terriblement et on se sent très seul dans notre deuil.
Michelle Michelle a écrit le 3 juin 2015 à 0 h 08 min:
Tu aurais eu 25 ans et tu es parti depuis bientôt 5 ans. L'extérieur, même ma propre famille se sent mal à l'aise quand je parle de toi. Tu t'appelais Jonathan et je respirais pour toi, même si tu ne le savais pas. Tu es parti par un beau soleil d'été, emmené par cette saleté de méthadone que l'on trouve partout dans la rue. De ton décès, une deuxième condamnation, celle des gens devant une mort pas naturelle, qu'ils pensent suicidaire et des paroles blessantes vous disant: tu as encore deux petites filles! Alors j'ai cherché du réconfort, je ne l'ai pas trouvé. J'ai enfin compris que je n'entendrai aucunes paroles aussi douces que la voix de mon enfant qui m'appelait "maman". La vie continue. J'ai repris mes études, je me forme pour aider les jeunes gens en mal de vivre, en souffrance et à l'obtention de mon diplôme, je dirai "Jonathan, ce que je fais, c'est mon amour pour toi qui m'en a donné le courage. Tu es ma force". Perdre un enfant est un tsunami dans une vie. A tous et à toutes je vous souhaite beaucoup de courage et quand le chagrin vous submerge, fermez les yeux et pensez votre à enfant.
Bernard Bernard a écrit le 27 mai 2015 à 3 h 09 min:
J'ai perdu ma fille unique le 3 sept 2014 imaginez... Tu te réveilles à 7h00, tu ouvres la fenêtre et tu vois ta fille pendue à la balançoire. Je l'ai dépendue et fais les premiers secours en attendant les pros en vient elle était morteeeeeeeeeeeee.
Tchoun1959 Tchoun1959 a écrit le 8 mai 2015 à 22 h 04 min:
Je suis de tout cœur avec vous car ce que je vis est similaire (enfin si l'on veut... car rien n'est pareil) j'ai perdu mon aîné en 2011 et je n'arrive pas à voir l'avenir avec mes autres enfants sans que je ne sois peinée à chaque fête courage à vous et apprenons à vivre avec nos bons souvenirs.
Fabienne Fabienne a écrit le 7 mai 2015 à 13 h 56 min:
Dimanche 10 Mai, jour de la fête des mères. Jour de tristesse, jour de joie. Tous ces sentiments qui se mélangent et qui petit à petit me détruisent. Un petit garçon décédé en 1998, une petite fille née en 2000 et elle bien vivante, une ado. J'ai de plus en plus de mal à assumer le décès de mon fils. Pour faire son deuil je crois qu'il faut accepter que L'Enfant que vous aimiez tant, plus que vous, soit mort. Et cette démarche m'est impossible. Je m'isole donc de plus en plus. J'ai essayé, le travail, diverses activités...... sans résultats. Je travaille dans un milieu où je dois souvent montrer les dents et je dois dire que pendant un certain temps cela m'a aidé. Mais ce temps-là est révolu. Ma carapace s'effrite. Je ne veux plus me battre. Je suis pourtant bien consciente que je ne suis pas seule à avoir vécu cela. Je ne trouve pourtant aucun réconfort.
Kathy Kathy a écrit le 4 mai 2015 à 19 h 37 min:
Je viens aussi de découvrir votre site, mon petit garçon est parti une nuit, il y a presque 16 ans, par moment, je ressens toujours ce vide dans mes bras, il avait 2 ans, je ne veux décourager personne, mais, même si la vie a repris son cours, il y a des jours où c'est encore plus dur que lors de ce terrible drame. Qu'à ce moment-là, par contre, il y a des moments où je le sens près de moi. Celui qui n'a pas vécu cela ne peut pas nous comprendre, il ne peut que s'imaginer.
Annie Annie a écrit le 13 mars 2015 à 8 h 03 min:
Jérémy, dimanche 15 mars... 9 mois que tu seras parti, temps symbolique qui me fera faire ce jour-là un semi-marathon, pour toi mon enfant tant aimé. Cela fait 3 mois que je m'entraine et que tu m'aides en m'accompagnant chaque fois. Je sais que tu seras là le 15 pour me donner des forces. A bientôt, dans notre rencontre d'amour.
Sylvie Sylvie a écrit le 24 février 2015 à 11 h 56 min:
Bonjour à tous, mon fils Adrien nous a quittés le 27 mars 2014, après un accident de voiture (il est resté 1 mois 1/2 dans un coma provoqué, pour enfin s'éteindre). Cela va bientôt faire un an, nous avons fêté ses 19 ans cette année le jour de la Saint Valentin (eh oui ! c'est le jour de sa naissance). Bien des années vont passer avec chagrin et larmes et ce vide terrible en nous mais tu es, tu seras toujours dans notre cœur, à jamais jusqu'à ce que nous nous retrouvions un jour. Je t'embrasse mon amour. Alors courage à vous tous !
Annie Annie a écrit le 12 février 2015 à 20 h 21 min:
Jérémy nous a quittés le 15 juin 2014, il avait 31 ans et 9 mois. Il devait être en sécurité à l'hôpital après une dépression et il y est décédé d'une façon suspecte. J'ai perdu l'amour de ma vie et vivre sans lui est une souffrance quotidienne, un vide incommensurable. Je te retrouverai un jour, et c'est cela qui me fait tenir. Je t'aime tant...
Marco Marco a écrit le 6 février 2015 à 0 h 02 min:
Bonsoir. Mon fils de 31 ans nous a quittés en mars 2013, je ne peux toujours pas l'accepter. A vous qui avez perdu un enfant, je compatis à votre douleur car je sais de quoi je parle. Courage à vous!
Ada Ada a écrit le 5 février 2015 à 7 h 58 min:
Luca déjà 5 ans que tu nous a laissé désemparés, j'ai l'impression que c'était hier! Mais dans mon cœur le vide est si profond que ça me semble une éternité. Tu me manques tant, ton rire et ta joie de vivre resteront pour toujours dans ma mémoire et dans mon cœur. Je t'aime mon Luca Maman
Kouat Kouat a écrit le 4 février 2015 à 21 h 30 min:
A ma Louna d'amour, qui m'a quittée le 27 novembre 2014. Une gastro, disait le médecin, et finalement une enzyme en moins, une grippe B et un arrêt cardiaque!! Elle est partie à 7ans et demi !! L'appel au Samu qui n'a pas pris en compte le message urgent de l’appel (car trop de personnes appellent pour 3 fois rien!!) et ma fille qui n'a pas été prise en charge rapidement, résultat, elle se trouve au cimetière, et c'était ma fille unique!! Ma vie n'a plus vraiment de sens!! Je t'aime mon amour, ma moitié au-delà de l'infini! Katell
Gigija Gigija a écrit le 3 février 2015 à 14 h 48 min:
Voilà, elle est partie le 6 janvier après presque 4 ans de souffrance. Elle aurait eu 17 ans le 5 mars. La leucémie, nous l'a prise. Elle a combattu jusqu'au bout. Ma petite fille, mon amour, je ne lui ai pas assez dit. Elle ne voulait pas qu'on s'appesantisse sur son sort, elle parlait de tout sauf de "ça". Même sur son lit de souffrance, elle jouait sur son PC, elle lisait, elle parlait de ses projets et il y en avait tellement, et nous on disait comme elle, que l'on ferait tout cela après la maladie. Je suis dans un abime sans fond, je pleure en vous écrivant. De toute façon les mots ne sont pas assez grands pour exprimer cette douleur qui vous bouffe le ventre tous les jours. Je ne sais pas vers qui me tourner, je ne sais pas quoi faire je suis une plaie vivante. Elle était belle comme le jour, que dire de plus, qu'il faut vivre, mais comment.... Ghislaine sa mammy.
Jan-Thauvin Jan-Thauvin a écrit le 6 janvier 2015 à 14 h 26 min:
Le samedi 25 janvier 2014, a débuté le cauchemar que nous vivons, ta maman et moi, depuis que tu es décédée. La question : pourquoi nous as-tu quitté ne nous a pas donné plus de réponse que la question : comment vivre sans toi. Tu étais l’Amour de ma vie. Tu étais mon bonheur de rentrer à la maison après le travail. Tu étais ma raison de vivre. Ton absence a remplacé tout le reste. Plus rien n’a le même goût. Alors, puisqu’il faut continuer et sourire face à la souffrance, je reste là à parler de toi, des cinq ans que l’on a vécu ensemble. Lena, tu m’avais dit : t’as bobo là… ça va passer ! Pour le moment, ça ne passe pas. Je t'aime ma fille. Tu me manque beaucoup. Ton papa.
Evelyne Evelyne a écrit le 21 décembre 2014 à 22 h 23 min:
Je viens aussi de perdre mon fils de 18 ans.
Massil Massil a écrit le 29 novembre 2014 à 1 h 43 min:
Ma vie mon trésor, ça va faire 4 ans que tu es parti et j'ai le cœur qui va exploser de chagrin. Tu es né un jour merveilleux et depuis ton départ tout est moche, gris et sans saveur. J'ai tous les jours envie de te rejoindre. Ma vie n'est que douleur Même la présence de tes frères n'apaise rien. Toutes les cellules de mon corps et de mon cœur te réclament. J'ai vécu 15 mois avec toi au paradis et depuis je suis en enfer. Mon bébé je t'en supplie reviens moi maman a tellement besoin de toi.