Exprimez-vous

Laissez-nous votre message. Ce que vous voudriez nous partager, ce que vous avez sur le cœur.
Suite à la présence de très nombreux spams nous parvenant dans cette rubrique, nous avons été obligés d’en renforcer la protection. Merci de votre compréhension.

Votre témoignage

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Votre message ne sera visible qu'après que nous l'ayons examiné.
238 messages.
DUJARDIN Marie-Jeanne DUJARDIN Marie-Jeanne de Bruxelles a écrit le 26 juin 2016 à 17 h 47 min:
Appartement 2BD - chambre à gauche - fenêtre donnant sur cour intérieure, baignée de lumière - SA CHAMBRE - Elle est veuve de lui, immobile, figée, silencieuse. Elle lui tends les objets qu'il ne touchera plus. Elle lui renvoie son sourire qu'il lui avait accroché sur ses murs. Elle éclate de cette couleur jaune dont il l'avait revêtue. Elle pleure son absence. Elle attends sa maman, pour qu'elle y découvre les souvenirs à portée de mains, en douceur elle l'appelle et espère qu'elle y arrivera, à franchir sa porte... !
Je suis la maman de Julien, cette semaine, je revis ce vendredi 24/6 où tout a basculé ! Ce dimanche 22/6 toute la famille réunie pour les 92ans de maman - Julien et moi ne sont pas présents - Mais je suis présente à Julien, qui lui n'est "déjà" plus présent - je le veillerai pendant une semaine - il est dans le coma, il est resté pendant 11minutes sous eau, je déplore la négligence des maîtres nageurs! 1829 jours se sont passés !Le procès n'est toujours pas terminé, la piscine va en appel, alors qu'ils ont été condamnés ! Je suis à nouveau dans une vague de chagrin... J'aurais besoin de bras autour de moi ... Julien d'où tu es aide moi à tenir debout ! Mon bel enfant, tu fêterais tes 24 ans le 13 Juillet !
Grazia Grazia a écrit le 16 juin 2016 à 7 h 32 min:
Double deuil, mon père et mon fils adoptif.
TIFFANY GALLAIS TIFFANY GALLAIS de LEUHAN a écrit le 3 juin 2016 à 12 h 42 min:
Bonjour à tous, je m'appelle Tiffany, je suis maman de deux merveilleux garçons; Hael 11ans et Thao né le 10 septembre 2014, parti le 4 avril 2016 à l'age de 18 mois. Mon petit ange est parti de façon très subite, une grippe maligne, une incubation de quelques heures. Je n'ai rien vu venir, Thao a fait un peu de fièvre à la crèche, je suis allée le chercher, il était 15h30, tout allait bien, nous sommes rentrés, nous avons joué, et comme il était fatigué, je l'ai mis au lit pour la sieste, je lui ai fait un câlin, je lui ai dis que je l'aimais fort comme tous les jours, puis j'ai fermé la porte. Il était 17h, à 19h30, je suis allé le chercher pour qu'il vienne manger, mais c'était trop tard. Rien n'y a fait, ni les massages cardiaques, ni les prières, ni mes cris, rien n'y a fait. La vie m'a arraché mon ange, mon bébé, mon prince. Je ne comprends toujours pas ce qu'il s'est passé. Ce genre de chose arrivent à 1 personnes sur des milliers et que dans des cas particuliers. Thao ne faisait parti d'aucun de ces cas, c'était un enfant en très bonne santé, jamais malade, toujours souriant, joueur, espiègle, curieux, gentil et aimant. Il était mon petit koala, toujours collé à moi du matin au soir. Je me sens comme déchirée de l'intérieur, révolté, vidé. Je suis totalement perdue. Mes enfants sont mon équilibre, ma raison d'être. Je cherche de l'aide, des conseils, des témoignages similaires ou non. Je suis tellement abattue, et je dois rester debout pour mon grand garçon. S'il vous plait aidez moi.
Walter Walter a écrit le 18 mai 2016 à 14 h 05 min:
Bravo pour le gestion et la mise à jour de ce site.
pin pin de villemandeur a écrit le 11 février 2016 à 9 h 41 min:
Je voudrais préciser que le message du 1er janvier et du 28 déc sont de Annie la maman de Jérémy et le message du 2 janvier est de Annie la maman de Frannck,
Barnaba Barnaba de Fléron a écrit le 5 février 2016 à 16 h 18 min:
Luca aujourd'hui cela fait déjà 6 ans que tu t'es envolé pour le pays des anges, mais malgré le temps qui passe, ton absence, ton beau sourire, ta gentillesse, tes longues explications dans nos discussions me manqueront toujours autant, je ne m'y ferais jamais, tu me manques tellement mon ange, que mon amour t'inonde de lumière
Annie, Maman de Franck Annie, Maman de Franck a écrit le 2 janvier 2016 à 18 h 53 min:
Que 2016 reconnaisse la souffrance de tous les parents qui ont perdu un enfant, deux enfants ... La société nous broie à chaque instant de notre vie. La compassion est le plus souvent très brève, trop brève. Nous sommes condamnés à souffrir en silence, repliés sur nous ...
Annie, Maman de Jérémy Annie, Maman de Jérémy a écrit le 1 janvier 2016 à 21 h 00 min:
Je sais dans quel état peuvent être les parents qui ont perdu leur enfant; je leur souhaite de tout cœur qu'ils trouvent des mains tendues, de l'écoute, de l'empathie car même avec cet immense drame, la vie leur serait un peu plus supportable; non seulement nous vivons un calvaire mais en plus, il faudrait que nous comprenions les autres... 2016 sera t-elle l'année de la reconnaissance de notre souffrance?
Annie, Maman de Jérémy Annie, Maman de Jérémy a écrit le 28 décembre 2015 à 20 h 29 min:
Une forte pensée pour Gautier, ses parents et son petit frère. Oui, c'est une épreuve sans fin, sans beaucoup de répit, la vie n'est plus la même... mais elle serait allégée si les autres qui ne peuvent pas comprendre, car c'est impossible, respectent notre peine car cela est possible. Oui,seulement nous tenir la main serait déjà un grand soulagement pour nous pauvres parents désespérés. Je suis tellement avec vous! Maman de Jérémy.
Benoist Benoist a écrit le 27 décembre 2015 à 23 h 48 min:
Mon fils ainé Gautier s'est tué en ski, sur la station de La Plagne le 20 février 2013, à l'âge de 16 ans, 2 mois et 9 jours ... Chaque jour qui passe est une épreuve que nous tentons de surmonter, ma femme, son petit frère Paul et moi ... La condamnation est prononcé à perpétuité ! Il n'y aura pas de remise de peine ... Et c'est bien ce manque d'espoir face au chagrin qui me semble le plus dur à regarder en face ... A tous ceux qui vivent ce type de drame, je voudrais vous dire que je vous tiens (en pensées) les mains pour vous aider à ne pas tomber .... A tous ceux qui liraient ces lignes et qui ne vivent pas ce drame, aller tenir les mains de ceux qui risquent de tomber, sans dire quoi que ce soit ... C'est inutile ...
Marie-Jeanne Marie-Jeanne a écrit le 2 décembre 2015 à 16 h 21 min:
Un des souhaits que je me fais pour cette année 2016 ! « Devenir l'éducateur d'un enfant disparu sera le travail de ce qui me reste à vivre sur "cette terre", comme aimait le dire mon bel enfant blond, unique, Julien décédé suite à une noyade quelques jours avant ses 19ans. Lui donner sa juste place dans ma famille, auprès de ses oncles, tantes, cousins, cousines, neveux, nièces. Le laisser évoluer en eux, lui qui ne grandit plus mais grandit quand même. Comme l'on devient parent d'un tout petit, puis d'un écolier, puis d'un adolescent, je continue sans son papa à devenir Maman entre Ciel et Terre d'un enfant mort. Moi qui n'en avait qu'un, j'aurai l'étudiant terminant son université avec distinction, j'aurai le beau jeune homme aux yeux bleus amoureux, j'aurai le futur papa tout joyeux m'annonçant que je vais devenir grand-mère, j'aurai tout cela dans mes rêves la nuit, et la journée je continuerai à apprendre à vivre en souriant en repensant à mon beau nageur décédé, Mon Enciellé. Ma relation parent-enfants continuent avec eux tous, lui l'enfant rêvé, lui l'enfant décédé et vous ma famille. Il y a simplement moins de monde pour me montrer la voie, et chacun sait qu'il doit tout inventer. Puiser en moi-même, puiser dans le bonheur entrevu ou accompli, les forces et la manière de fonder un nouveau départ avec mon bel enfant qui ne sera plus jamais là. » MMN K' T' M' maman qui t'aime
Annie Annie a écrit le 25 novembre 2015 à 21 h 16 min:
Les fêtes de fin d'année approchent... Oui la vie continue normalement pour la majorité d'entre nous et tant mieux. Quant à moi, je n'ai aucun désir de me mêler à tout "çà". J'ai la simple et profonde envie de me rapprocher de mon amour, de le sentir au plus près de moi et cela se fera qu'à mon seul rythme, loin de tous les vacarmes. Pour cette fin d'année Jérémy, j'attends un signe de toi, je t'aime, bel enfant aux yeux si bleus de douceur...
Ada Ada a écrit le 19 novembre 2015 à 22 h 36 min:
Luca, aujourd'hui tu aurais eu 29 ans et le manque de toi est toujours plus présent, c'est déjà le 6ème anniversaire sans toi, j'espère que là-haut tu fêtes bien ça comme tu savais si bien le faire ici sur terre, tes amis ont tous eu une pensée pour toi aujourd'hui, rien ni personne Luca ne pourra combler le vide que tu as laissé, je t'aime mon fils et je suis sûre qu'un jour on se retrouvera et ce jour-là je serai la plus heureuse des mamans car je pourrai à nouveau te serrer dans mes bras! J'aurais voulu tenir ta main un peu plus longtemps, j'aurai voulu que mon chagrin ne dure qu'un instant. Maman
Marie-Jeanne Marie-Jeanne a écrit le 2 novembre 2015 à 18 h 46 min:
voici un extrait de : ‘’Après le tremblement de terre’’ Murakami - Pour ma part ceci est un message plein d'espérance dans un futur de Vie Éternelle - Si chaque instant que nous survivons suite au décès de notre enfant, pourrais être perçu comme un don, que nous puissions vivre chaque instant, chaque rayon de soleil, chaque rencontre, le tout intensément, comme si c'était la dernière ... alors OUI, pour moi c'est me préparer à quitter cette terre en paix, même si le chagrin sera toujours porté avec un cœur en bandoulière ... Le chemin est long depuis le décès de Julien, plus de quatre ans. Julien mon fils unique décédé en piscine, sorti de l'eau alors qu'il avait la tête sous eau depuis plus de 11 min ... Je suis encore toujours en colère ! Mais néanmoins le texte ci-dessous est actuellement perçu comme un baume pour moi. j'ose vous le proposer avec beaucoup de douceur :
‘’ ………….. Désormais il faut que vous vous prépariez à mourir en paix. A l’avenir, si vous consacrez toutes vos forces uniquement à vivre, vous ne pourrez pas mourir comme il faut le moment venu. Il faut changer la direction petit à petit. Vivre et mourir ont une importance égale en un sens, vous savez, docteur ....……….…’’
Francine Francine a écrit le 4 septembre 2015 à 14 h 22 min:
Bonjour,
Depuis 2008 j'ai entamé une démarche pour que le mot désenfanté soit intégré dans le dictionnaire de la langue française.
Un dossier complet a été réalisé puis envoyé à différents services compétents. Vous pouvez en consulter l'évolution sur cette page de mon site :
http://francinedu02.free.fr/informations_utiles/desenfante.html
J'ai également créé un groupe Facebook à cette adresse :
https://www.facebook.com/groups/152195758134490/
Vous y trouverez les derniers courriers adressés au Ministre de la Culture ainsi qu'au Président de la République.
Comme vous pourrez le voir, j'ai réussi à obtenir l'adresse mail de Madame Isabelle SIMA, Chef de Cabinet du Président de la République qui a répondu à un de mes courriers de la part de M. Hollande.
Si vous souhaitez appuyer ma démarche et l'interpeller au sujet de la démarche engagée, j'ai mis un exemple de courrier que vous pouvez copier-coller et que vous pouvez lui envoyer à son adresse mail. L'exemple du courrier et l'adresse se trouve sur le groupe Facebook. Vous pourrez également y consulter tous les divers courriers que j'ai déjà envoyés (rubrique fichiers).
Je vous remercie de l'attention que vous porterez à ma demande et de votre soutien. Bien amicalement. Francine.
Dominique Dominique a écrit le 2 septembre 2015 à 15 h 33 min:
Mon cœur est touché par vos témoignages. Impossible de trouver les mots justes qui pourraient traduire mes émotions. J'aurais eu un garçon s'il avait vécu. Il aurait eu 35 ans en juin s'il s'était accroché à la vie. Trop peu de temps pour être inscrit dans les registres de la population. Je l'ai appelé Frédéric. Je lui donne sa place. Il est mon aîné, encore aujourd'hui! Il m'a fallu 7 ans pour commencer à accepter sa "non-vie". Et de nombreuses années encore après pour pouvoir cheminer dans un deuil quasi interminable. Un parent donne la vie à son enfant, pas la mort. Et pourtant, en donnant la vie, même une amorce de vie, on donne en même temps la mort. Quand elle survient, c'est un sentiment d'injustice, et aussi de culpabilité de n'avoir pas pu donner suffisamment de force à son petit pour se développer et grandir. Vous partager ici mon expérience douloureuse ne ramènera pas mon fils, mais je viens de "sentir" qu'en écrivant, je le fais, non "vivre" mais "exister".
Marie-Jeanne Marie-Jeanne a écrit le 19 août 2015 à 13 h 54 min:
On nous dit, on nous dit souvent, on nous le répète qu'il n'y a pas de mots. Cela me laisse perplexe ! Je dirais plutôt que depuis il n'y a plus de temps, il n'y a plus de durée, il n'y plus de dates, d'années - TOUT a été balayé ! Des mots mais oui il y en a et ce sont les mots les plus terribles à dire, à crier, à hurler, à entendre. Ceux qui nous disent qu'il n'y a pas de mots n'ont probablement pas la capacité de les penser CES MOTS ! ESPÉRONS qu'ils ont encore des bras pour arriver à nous envelopper, malgré la peur qui les tenaillent, et qu'ont leur inspirent ! Mon bel et unique enfant de 18ans JULIEN soit mon messager auprès de tous ceux-là qui restent figés comme de marbre par rapport à ma souffrance, par rapport à tous les parents du monde vivant cette même souffrance. Pour qu'un souffle d'empathie puissent peut être un jour les transformés...
Francine Francine a écrit le 16 août 2015 à 11 h 44 min:
En réponse à la question de Gérard, après de nombreuses recherches et la composition d'un dossier en ce sens, j'ai entrepris une démarche en France depuis 2008 auprès des instances et administrations compétentes. J'ai d'ailleurs créer un site où toutes les informations sont données sur cette page http://francinedu02.free.fr/informations_utiles/desenfante.html J'ai également créer un groupe public Facebook sur laquelle je notifie l'avancée du dossier https://www.facebook.com/groups/152195758134490/ Les administrations, les diverses éditions des dictionnaires de la langue française et l'Académie Française, comme la société dans sa globalité, restent très "frileux" devant une telle démarche qui concerne un sujet encore trop tabou. A nous d'essayer de faire évoluer les mentalités. Cordialement.
Gérard Gérard a écrit le 3 août 2015 à 11 h 41 min:
Je découvre votre site par le service du dictionnaire de l'Académie française car je m’interrogeais sur le fait qu'il n’existait pas de terme pour qualifier un parent ayant perdu son enfant, ce terme de désenfanté me semble tout à fait le bon. Merci à vous. Nathanaël enfant adopté à l’Age de 5 ans s'est suicidé à l’Age de 17 ans, il y a 5 ans et notre douleur est encore immense. Nous avons écrit un livre sur son histoire et la nôtre, je me permets donc de vous en faire part: Gérard et Catherine SAUZET, " Un matin de septembre Nathanaël nous a quittés", on peut l'avoir sur Amazone. Très cordialement à tous ceux qui vivent la même souffrance, autres parents désenfantés...
Anne Anne a écrit le 21 juillet 2015 à 17 h 12 min:
Je pense à ces parents qui ont dont des enfants sont morts dans 'l'abattage" de l'avion... Ils perdent leur enfant et la presse ne prend pas des pincettes... Chaque jour on montre des images d'horreur (un soldat qui tient une peluche), on décrit comment les soldats entassent les corps des défunts dans des wagons et on ose dire que l'odeur est... (Pas des frigos!!!). J'ai perdu deux enfants et je ne peux pas m'imaginer la souffrance de ces parents. Ne pourriez-vous pas lancer une lettre de mots de compassion pour ces parents et une à la presse? Il faut avoir perdu un enfant pour comprendre cette souffrance des parents, fratries... On ne comprend pas quand on perd un enfant, mais ICI c'est l'horreur, l'inhumain de la presse. Des mots de compassion, de douceur, de prière pour les familles et une lettre de demande d'humanité et respect à la presse. Merci.