Notre histoire

86171155_p

Notre raison d’être

La mort d’un enfant plonge les parents et les proches dans une souffrance qui peut déstabiliser, faire perdre tout repère, ébranler jusqu’au sens même de la vie et conduire à une solitude pouvant couper tout lien social. C’est l’identité même de la personne qui est menacée: elle en souffre physiquement, psychiquement et spirituellement.

«Plus rien n’est comme avant»

Des parents eux-mêmes touchés par le deuil d’un enfant se proposent bénévolement pour écouter d’autres parents endeuillés, et pour leur offrir une présence et un soutien chaleureux. Ils sont formés à l’écoute et à l’animation de groupes, participent à une supervision régulière et bénéficient d’une formation permanente.

L’idée est née en 1981, lorsque deux familles éprouvées par la mort de leur enfant ont compris l’importance de trouver, pour elles-mêmes, un lieu de parole, d’écoute et de soutien. Anne-Marie Thiran et Françoise Humblet organisèrent des groupes de parents, grands-parents, frères et sœurs endeuillés. Ainsi fut créée l’association «Parents désenfantés», qui se constitua en asbl en 1997.

«Pour que quelqu’un parle, il faut qu’un autre écoute»

Écoute, solidarité, partage, espoir, voilà ce dont ont besoin les parents qui perdent un enfant. Dans les mois qui suivent le décès, il peut devenir de plus en plus difficile de trouver quelqu’un à qui parler et de bénéficier d’une écoute en profondeur.

Dans cet esprit, «Parents désenfantés» organise depuis 30 ans des rencontres entre parents endeuillés, pour leur permettre de parler et de s’écouter dans un climat respectueux et chaleureux. Ce que la plupart des parents ressentent en venant chez nous, c’est d’avoir été compris, et de se sentir moins seuls face à cette épreuve.

 

talk-bubble-27622_1280Vous pouvez ici télécharger notre brochure de présentation.